produits   actualités   liens   distributeurs   qui sommes nous?
accueil   plan du site   email
précédentes zephyr > revues > Parapente Mag, Juin 2008 détails
ambar

arial

bali

bali-2

bantoo

cargo

combat

coral

evo

honey

impulse

kali

kinetik

kinetik fr

kinetik plus

loop

nitro

pulsar

quarx1

quarx2

ru-bi

serak

silex

spiro

syncro

tactic

tecno

tempest

tempus

tonic

tuareg

tucan

windy

zenith

zenith evolution

zephyr

zephyr-2

zephyr pw
produits


WINDTECH ZEPHYR - Essai

pour Philippe Lami

Windtech nous annonce une révolution ! une aile grand public, EN B et LTF 1-2, remplaçante de la Kali, qui passerait la barre des 9 de finesse. Les constructeurs espagnols auraient­ils trouvé une formule magique… Réponse après ce test.

Voila prés d'un mois et demi que je vole et revole sous la Zephyr. Déclinée en 4 tailles homothétiques, à l'allongement de 5.4, l'aile suscite l'étonnement, avec un look remarquable et un intrados tagé du bel homme volant, logo de la marque. 54 cellules assemblées avec minutie révèlent un assemblage complexe, mélange de bandelettes diagonales, pontets et bandes intergroupes. Le bout d'aile à 6 alvéoles fermées accueille un velcro de vidage alors que le bord d'attaque bien en forme s'organise en caisson de 3 cellules. Le travail de voilerie est sophistiqué, complexe et chaque pièce, chaque panneau est numéroté, et pointé de petites marques d'alignement, un peu trop apparentes.

Toute la périphérie de l'aile est galonnée, et le suspentage s'organise sur 3 élévateurs. A et B sont à 2 étages, alors que les C se divisent en arborescence de 4 étages. La partie basse des suspentes, gainée est en aramide alors que tout le reste se voit monté dyneema, en diamètre plus fin, non gainé et traité antiuv. Gain de traînée en perspective… Coté tissu, notez que le bord d'attaque est en NCV de 45 g/m2, l'arrière de l'aile et l'intrados étant en 40 g/m2. Gain de poids…

Les élévateurs sont fins, 1 cm, assortis d'un kit oreille simple (A'). La poignée large, sans émerillon, tient sur le C par une pression magnétique. L'accélérateur, constitué de 2 poulies Austrialpin et d'une tresse de dyneema 11 cm entre les axes. Le suspentage est bloqué dans les maillons par une gaine thermoretractée. L'aile au sol, dans cette taille S (ptv de 75 à 95 kg), présente une envergure de 11m pour une corde maxi de 2,75m.

Le gonflage est assuré par une très belle écope de bord d'attaque. Inutile de mettre la patate! Même sans vent, la Zephyr gonfle facilement, rapidement et nécessitera même un blocage facile pour éviter le dépassement. En conditions fortes, la voile se manie aisément, sans puissance, signe souvent d'une bonne vitesse mains hautes. La voile gonflée présente 2 particularités marquées: une voûte très prononcée, et une légère libération du bord de fuite vers le haut. L'envol se fait en quelques pas, avec une prise en charge progressive.

Première surprise: la vitesse mains hautes. Ca décoiffe carrément et ce sera la réflexion de tous les pilotes à qui je l'ai prêtée: au ventimètre, la vitesse oscille entre 40 et 41 km/h. Ca change des 35 à 37 km/h usuels sur cette catégorie d'aile. Je retrouve une vitesse proche de mon biplace! Et c'est un vrai atout dans bien des circonstances: brises fortes, entrées de thermique. Mais aussi un inconvénient - dans un premier temps - pour de jeunes apprentis (énergie à gérer). Mains hautes, la voile est sur un rail, et l'intrados est propre, bien tendu. Les commandes agissent sur plus de 70 cm, mais le ralentissement est marqué dès les premiers 20 cm. L'aile accepte volontiers de ralentir, jusqu'à 22 km/h. Notez que je suis en extrémité haute de la fourchette de poids. L'effort à la commande avant décrochage est de l'ordre de 3 kg.

L'amortissement en tangage correspond bien à son homologation: gentil. Le profil fait le travail par son épaisseur, mais nécessite quand même une présence efficace. Le pv de certification du Dhv ne fait pas état de surprise et les amplitudes demeurent modérées. Pour ma part, au fil des nombreuses heures de vol, toutes conditions, je n'ai jamais été surpris par une vrai fermeture. Carrément rien à dire. Le pilotage de cette aile est directe, assez précis et peu fatiguant, même dans la baston. En thermique, la voile se manie avec efficacité, en associant fesses et commandes. Le taux de chute mini, proche de 1,1 m/s se situe entre 30 et 32 km/h, avec un effort à la commande de 2,1 kg, à ma charge alaire.

EN THERMIQUES

Du thermique, avec la zéphyr, je peux vous en parler des heures, sans avoir grandchose à dire. En effet, l'aile ne pose aucun problème. Bon taux de chute, rendement satisfaisant, tenue exemplaire et communication précise sans excès. La vitesse mains haute donne du mordant à la voile pour bien entrer dans la pompe.

En transition, sans toucher à l'accélérateur, la voile plane remarquablement bien. Selon mon harnais, la finesse oscille de 8,8 (sellette assis) à 9,1 (couché dans mon Vamp - intégral). C'est carrément bluffant pour ce type d'aile. Pourquoi chercher plus? En tout cas, le rapport perfo/sécurité est carrément exceptionnel et risque de troubler l'ordre établi dans les catégories du dessus… Seule la précision du pilotage, et l'amortissement en tangage peuvent troubler un pilote confirmé - mais pas longtemps quand même.

J'ai personnellement trouvé que la zéphyr était largement assez joueuse pour aborder les grands angles et autres inversions avec peu de retenue. La Zephyr est très homogène et d'un bloc. Vous serez sûrement surpris de la qualité de vos wingsovers.

L'accélérateur, souple sous le pied, permet de dépasser les 51 km/h. La finesse ne se dégrade sensiblement qu'après 50% de débattement.

Oreilles? faciles grâce au baby A. Elles se coincent sous la voile et nécessite un coup de frein pour une franche réouverture, ou une inversion gauche droite à la sellette. Le pilotage aux fesses est très efficace avec les grandes oreilles.

Les 360° se serrent rapidement. Aux inclinaisons classiques de 360° serrés, la sortie se fait autonome, avec une belle ressource. Et enfin, l'atterrissage, pure formalité, s'opére avec un franc palier, et une ressource marquée. Attention donc aux premières fois, à ne pas transformer l'énergie en chandelle!

CONCLUSION

Voila. Je confirme donc… La Windtech Zephyr vole super bien. Presque aussi bien que bien des ailes « pointues ». Elle donne beaucoup et parait vraiment un outil de progression formidable pour un pilote déjà dégrossi. Une alternative aussi très interessante pour les adeptes du vol sans accélérateur, simple et basique. Mais n'était ce pas un peu la définition du parapente, à ses début ? De plus, elle existe en version «light», tissu de 27 g/m2. Le beurre, l'argent du beurre, la crémière… En tout cas, moi, j'ai agi. Cette Zéphyr, je la garde!

[+] [-]
· Vitesse bras hauts três élevée  
· Performances globales
· Rapport performances-sécurité
· Un petit manque de
précision en virage


MESURES
Fourchette aile essayée: 75/95 kg
PTV essayeur: 93 kg
Charge alaire durant l'essai: 3,51 kg/m2 (93 kg/25,45 m2)
Vitesse maxi mains hautes: 40 km/h
Vitesse maxi accélérée: 51 km/h
Taux de chute mini: -1,11 m/s à 31 km/h, effort de 2,5 kg
Finesse maxi: 9 a 40 km/h sur trajectoire
Décrochage: 22 km/h, effort de 3 kg

APPRÉCIATIONS
Mauvais   • • Moyen   • • • Bon   • • • • Excellent   • • • • • Parfait
Finition
Manuel de vol
Démelage
Gonflage sans vent
Gonflage avec vent
Précision commandes
Légèrete des comandes  
Maniabilité
• • • •
pas vu
• • • •
• • • • •
• • • •
• • • •
• • • •
• • • •
  Amortissement en tangage  
Amortissement en roulis
Rèsistance à la turbulence
Capacité de Reoverture
Solidité á vitesse maxi
Capacité au vol lent
Performances
Rapport qualité/prix
• • • •
• • • •
• • • • •
• • • • •
• • • • •
• • • •
• • • • •
• • • • •

Dirigeants et concepteurs: Álvaro Valdés et Gabriel Cañada
Assemblage des ailes: Gijón (Spain) et Sri Lanka
introduction

données tech.

couleurs

revues

photos

brochure

manuel

contrôle qualité

garantie
> revues index